300 km plus loin

Lublin :

Camp de MADJANEK, ce camp est situé dans la banlieue sud-est de Lublin

Madjanek était un camp de prisonnier, un camp de concentration et un camp d’extermination.

 

Monument aux martyrs, allégorie de corps humais s’envolant en fumée vers le ciel.

Longue plaine, le camp se visite librement, Rien ne prépare à l’immensité de ce camp, on marche le long des barbelés, on marche les baraquements succèdent aux baraquements clôturés et surveillés par des miradors,

 

Après la libération du Camp, les os des victimes incinérés ont été rassemblés sous cette coupole, le dôme de cendre recueilli dans les fosses est monstrueux.

Sur le couvert du sarcophage est sculptée la sentence:

« Que notre destin devienne pour vous un avertissement »

 

Mausolée a l’autre extrémité du camp qui fait face au monument.

Majdanek était principalement un camp de travail forcé pour les prisonniers polonais juifs et non-juifs et un centre de détention pour les membres de la Résistance polonaise du Gouvernement général.

Majdanek avait la particularité d'être placé sous le contrôle des Waffen-SS et avait été conçu pour fournir de la main-d'oeuvre aux usines d'armement SS. Ce camp devait servir de réservoir de main-d'oeuvre gratuite lors de la construction du quartier SS à LUBLIN et lors de la réalisation des projets économiques liés à la germanisation de la ville et de la région.

Ce fut le Camp d'Extermination des Juifs, le Camp de Concentration pour les prisonniers de différentes nationalités, le Camp-Prison et le Camp de Passage pour les Paysans de la région de Lublin, le Camp pour les Soviétiques prisonniers de guerre et l'endroit où furent exécutées les personnes arrêtées par la Police Allemande (les transports de la mort).

 

D'après les registres, environ 500 000 personnes sont passées par ce camp venant de plus de 50 pays: L’entreprise diabolique des chambres à gaz a nécessité en tout 7700 kg de Zyklon B.

De 170 000 à 235 000 personnes moururent ou furent tuées à Majdanek.

  

« Solution Finale », Visitable tous les jours, avec des expositions à différents endroits, les infrastructures sont d'origine, on peut encore voir les chambres à gaz, la table de dissection en béton, les fours crématoires, une salle de douche et des objets ayant appartenu aux victimes.
La plupart succombèrent à la dénutrition, aux maladies, au froid et à la torture.

Longue « promenade » dans l'histoire tragique.

Immense espace, les expositions commémores la déportation et l'extermination, les explications en anglais et en polonais, les photos et les films d'archives sont très compréhensible.

  

Troublé par le vol criard de nombreux corbeaux qui se chamaillent , on marche dans une ambiance très pesante. Étrange et triste spectacle, les rouleaux tirés par des hommes qui permettaient d'aplatir les routes sont exposé à la croisée des chemins. Travail exténuant effectué sous la menace, pour une « Fin du voyage » dans l’horreur, l’inhumanité et l’isolement.

Le quartier se peuple, à deux pas des maisons ordinaires où j’entends le chien aboyer.

 

LUBLIN

Lumière qui veille sur le passé : De l'ancien quartier juif de Lublin, il ne reste qu'un lampadaire en fonte qui reste allumé nuit et jour.

 

La ville se développe rapidement, plus d’1 heure dans l’embouteillage.

Le centre commercial est agréable et très propres… il ressemble à tous les autres. Le château abrite actuellement le musée de Lublin, il présente des collections d’archéologie, d’ethnographie, de monnaies et de peintures.

 

Du château la rue piétonne, superbe pour flâner, permet d'accéder à la grande place centrale.

Bordé de maisons bourgeoises, presque toutes les façades sont colorées et peintes, chacune à un dessin différent ainsi que sa propre couleur

 

Les maisons sont toutes plus belles les unes que les autres, des nombreuses maisons délabrées sont en attente de restauration.

Pleine d’histoire ancienne le centre historique est remis en valeur, la grande rue permet de découvrir en détail ses richesses

  Ville universitaire les habitants sont jeunes, en haut la ville neuve toute en construction étend ses rues, La richesse historique n’attirent pas seulement les jeunes gens, mais également des artistes et des créateurs en recherche d’inspiration.

 

Ce coir c’est pierogi  plat typique, raviole qui sont traditionnellement farcis de pommes de terre ou de fromage blanc de viande, de chou et de Champignons ou aux épinards, accompagnes de salades,  de choux est  de concombres en sauce blanche.

Très agréable, ce soir la vielle ville est festive.