Samedi

Enterrement de vie de célibataire… Avec Gilles, Mathieu, Lim, Hugues, Jean Luc.   

C’est Pascal  qui à passé du bon temps avec ses amis, en matinée le parcours en foret plein d’adrénaline a fait sensations.

L’après midi c’est sport dans un espace de jeux dédiés à tous, cours de Padel (sport de raquette) et une heure en salle « d'escape game » ou il faut localisez une bombe et la désamorcez à laisser tous le monde sur les genoux.

Après l’apéro c’est Restau et Bowling, 2heures du mat,  les « filles » viennent nous retrouver, je ne fait pas « l’after », je vais me coucher.

Dimanche 27 Mai, la météo est parfaite

Trail de L'Orangerie 400D+

Trail de L'Orangerie à Bonnelles (20 km d’Arpajon dans le 78) 

18km Marche Nordique. Dossard 2049

Après la recherche du dossard dans le gymnase et passage a la boulangerie pour acheter un pain au raisin, je rejoins la zone de départ au cœur de village.

Il y a Eric et Caroline, Corinne et Isabelle, Katia et Isa, je dis bonjour et je vais faires des photos des départs 

Nous avons droit, 3 fois au discours de monsieur le Maire, un pour le départ du 34 km trail a 9h00, un pour le départ du 18 km trail départ 9h30 et un pour le départ du 18 km MN départ 9h40.

Le départ est au cœur du village, le gymnase arrivé est à 450 mètres, en préparation du ravitaillement final.

 Monsieur le Maire heureux de nous accueillir pour cette course organisée au profit des écoles, animé par des bénévoles au top, encadré par des parents d’élèves et leurs enfants sur le parcours. Température fraiche mais idéale pour le démarrage de la course.

 Départ, A grande enjambées dans les rues de Bonnelles, les 128 bâtons font un bruit d’enfer sur le macadam.  

Je me place dans le peloton de tête, je ne veux pas me faire avoir, comme a Etaples ou je me suis retrouvé « enfermé » sur une trace à l’arrière

 

600 mètres est on rentre dans le vif du sujet, dès la sortie du village après le château en réparation, on entre dans le sous bois, le terrain est très humide, la végétation est en train de repartir, les arbres se couvrent de vert tendre, les rayons du soleil filtrent à travers les arbres... on n'en sortira que pour le dernier km. 

Je suis dans le groupe de devant. C’est parti rapidement, je m’applique à pousser sur ces bâtons qui me gène, je n’ai pas les mains libres… Il n’y aura pas de photos de la course

Nous suivons des flèches bicolores, une grande partie des parcours des 34 et 18 km sont communs.

Les chenaux dans ces sentes encaissés sont toujours plaisants, j'aime ce tracé, il y a beaucoup de virage et de relance, je ne m'ennuie pas, le balisage est sans faille, chaque passage au niveau des bénévoles est toujours plaisant.

Il y a quelque zones de boue, des passages fréquentés par les tracteurs,  et des fossés remplis d'eau, chose naturelle au regard de la météo et des orages que nous avons eu.

64 participants, 41 féminines donc si je calcule bien ii reste… 23 genres… masculins. 

Parfois sur les parties facile, je m’applique à pousser sur les bâtons, aujourd’hui ce n’est pas la technique qui est au programme, il faut avancer.     

  Jolis sentiers sec, jolies côtes, belles descente, peu de coureurs sur ce chemin, je rattrape une dame avec un tee-shirt siglé de son club de Versailles,  je la précède en montant dans un champ, en haut le photographe souffle en disant, « ils vont aussi vite que certain coureur »!  

Sente qui longe un grand champ entouré de trois hauteur de fil barbelés neuf, un fil électrique cours autour, au fond une belle ferme. Vache marron, grande taille, robe acajou foncé, poils longs frisés, cornes fines qui partent vers le haut, c’est une Salers j’en ai vu beaucoup dans le Cantal.

 

Enchainement de sous-bois au frais, il y a aussi des liaisons routières que les organisateurs n'ont pas réussi à réduire, au soleil ça tape dur, boire il faut boire régulièrement, c’est orageux chaleur lourde à laquelle nous ne sommes pas habitués.

On passe au dessus d’un cours d’eau, deux grandes perches, trois palettes dessus, le pont est fait…

Virage angle droit, on longe le cours d’eau

Avant footing après jogging, maintenant running tout ça pour dire que l’on pratique la course a pied, le monde avance, je marche rapidement. 

Virage gauche on contourne un étang bien vert, une rampe, en haut la dame au grand sourire nous annonce « 400m ravitaillement ».

Jamais pris un ravito aussi vite, banane gobé,  verre d’eau enfilé, les Raidillons s’enchainent, il reste 8 km environ dans les 6 derniers km on va enchainer 180 mètres de Dénivelé positifs.         

                                    

 

Belle zone, sable, pins, bruyère, monotraces, sentiers équestres, la Vallée vaut le coup. Les dernières bosses arrivent une dizaine, jusqu'à l'entrée de la ville.

Alors que nous entamons les ondulations, la chaleur monte, juste au moment ou ça va devient compliqué niveau fatigue, cette derrière portion de parcours fait la différence.

Odile de « Versailles » part rapidement devant elle va me prendre 1mn08 dans les quatre dernier kilomètres, elle me remerciera de l’avoir aidé dans les Murs.     

J’aime la fin, qui réserve sont paquet de surprises, roulant au début cette marche devient exigeant sur la fin avec dénivelés et relances, tout cela dans un magnifique décor naturel.

Arrivée,  Ravito sympa, bière, sandwich jambon salade, eau, jus de fruits, banane, Orange, fruits sec…     

  

La vie est belle à Bonnelles (a dit trois fois Monsieur le Maire.)

Katia m’a déposé, Corinne et Isabelle sont restées derrière, Caroline termine correctement, j’ai semé Lisa.

Le premier  2 :14 :56

Le dernier    3 :31 :46

Mal aux fessiers, ampoule au pied, dans la MN ce n’est n’est pas les mêmes muscles qui travaillent!  

Je ne gagne pas, je cours et je marche pour ne plus perdre de temps, point de mots, juste le souffle, les chiffres c’est pour Christophe.

Un grand merci pour les bénévoles, accueillants, souriants.

 

 

 

 

.