Le Petit Bazar

samedi 09 février

L'INTERVENTION

9 intervention

Réalisé par Fred Grivois

Avec Alban Lenoir, Olga Kurylenko, Michaël Abiteboul, Sébastien Lalanne, David Murgia

Action : 1h38.

1976 à Djibouti, dernière colonie française. Des terroristes prennent en otage un bus d'enfants de militaires français et s'enlisent à une centaine de mètres de la frontière avec la Somalie. La France envoie sur place pour débloquer la situation une unité de tireurs d'élite de la Gendarmerie.
Cette équipe, aussi hétéroclite qu'indisciplinée, va mener une opération à haut risque qui marquera la naissance du GIGN.

Cette vérité se suit facilement et parvient à ménager quelques moments de relâche.

A la lisière du western, cette histoire vraie est immersive, le cœur du film reste la mise en joue des terroristes avec les enfants en péril.

L'époque et les sables de Djibouti sont bien reconstituées, ambiance tendu, instants d'attente, mouches, gouttes de sueur et chaleur étouffante.

Les acteurs sont plutôt convaincants bien que caricaturaux, Olga Kurylenko est convaincante en institutrice prête à tout pour sauver les enfants.

Josiane Balasko la politique qui négocie et le général sur place sont peu convaincant.

Un film simple avec un  final violent, quelques entorses à la réalité, à l'époque sur place l'affaire avait été un drame.

 

Posté par Epissure91 à 08:55:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]


LA RAISON D'AYME

8 la raison d'ayme

Isabelle Mergault : Auteur,Comédienne

Gérard Junot : Metteur en scène,Comédien
Anne sophie  Germanaz : Comédienne
Philippe Beglia : Comédien
Jean Hass : Chef décorateur 

édit ! Isabelle Mergault signe une nouvelle comédie désopilante, mise en scène par Gérard Jugnot. C’est elle-même qui donne la réplique à Gérard Jugnot et incarne... sa  conscience.

Une pièce originale ou tendresse et humanité se cache derrière l’humour potache.  

la comédie est un bateau sur les flots qui nous emmènent magnifiquement.

La raison est très jalouse, Aymé aime faire rire, c’est un plaisir de les voir ensemble.

  

Posté par Epissure91 à 08:49:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

DIS MAMAN C’EST ENCORE LOIN COMPOSTELLE ?

7 Dis mama

Céline Anaya Gautier

Le Passeur Poche : 110*180*20 : 274g


Une jeune maman accompagne son fils de 7 ans sur les chemins initiatiques de Compostelle avec l’objectif d’en faire « un petit homme ». Mais tout n’est pas aussi simple qu’elle le voudrait car ces 2 fortes personnalités se confrontent, s’opposent et finalement se chérissent. D’anecdotes en anecdotes, en riches rencontres, le récit est passionnant et instructif. On assiste « en direct » à la lente évolution de Santiago (c’est son prénom !) vers la maturité. Un beau moment de lecture.

j'ai été séduit par cette belle histoire de 1200 km,  la lecture difficile du début devient une l’écriture pétillante,  passionnante, parfois drôle et d'une grande psychologie. C’est chaleureux, remplis d'histoires et les rencontres sont nombreuses et pleine de réflexions. Curieux de tout Santiago se  montre déterminé courageux malgre ses peurs, ses craintes et ses émotions.

Un livre qui entre dans le presque top de mes lectures.

Posté par Epissure91 à 08:46:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

LA MULE

6 la mule

Réalisé par Clint Eastwood   Avec Clint Eastwood, Bradley Cooper, Laurence Fishburne, Michael Peña, Dianne Wiest

Drame, Biopic: 1h56.

À plus de 80 ans, Earl Stone est aux abois. Il est non seulement fauché et seul, mais son entreprise risque d'être saisie. Il accepte alors un boulot qui - en apparence - ne lui demande que de faire le chauffeur. Sauf que, sans le savoir, il s'est engagé à être passeur de drogue pour un cartel mexicain.
Extrêmement performant, il transporte des cargaisons de plus en plus importantes. Ce qui pousse les chefs du cartel, toujours méfiants, à lui imposer un "supérieur" chargé de le surveiller. Mais ils ne sont pas les seuls à s'intéresser à lui : l'agent de la DEA Colin Bates est plus qu'intrigué par cette nouvelle "mule".
Entre la police, les hommes de main du cartel et les fantômes du passé menaçant de le rattraper, Earl est désormais lancé dans une vertigineuse course contre la montre...

Histoire vraie d’un parfait antihéros,

L'intrigue est longue à démarrer, la réalisation est bien faite, superbes plans qui mettent en valeur les paysages agricoles sans fin, musique très sympathique.

Les Narcos sont méchant est tatoués, Bradley Cooper ne fait que quelque apparitions, Clint Eastwood : œil bleu dans un visage tourmenté, haute silhouette, sourire charmeur, réflexions racistes.

Peu moral, pas un drame, pas une comédie, une leçon aux nouvelles générations,  (pensez à votre famille), un film sage parlant aux sages qu’aucune surprise ne vient réveiller et aucune émotion traverse. 

Posté par Epissure91 à 08:43:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

DERNIÈRES CONFESSIONS D'UN AGENT CLANDESTIN DE LA DGSE

5 DCD A CD LA DGSE

Olivier Maurel

Roman format : 13,5 x 21,5 cm 194 pages 

Le premier se fait appeler Charles Boyer, mais seuls ses amis et sa famille connaissent sa véritable identité. C'est un agent de la DGSE. Le second se fait appeler Abou Djilali al Firansi. Radicalisé en prison, il a intégré à sa libération un réseau djihadiste avant de devenir un émir de l'État islamique dans la zone de combat syro-irakienne. Entre fiction et réalité, évitant les clichés, les anathèmes ou les amalgames faciles, ce récit poignant est particulièrement bien documenté. Il nous plonge au coeur de l'hyperviolence de la guerre clandestine menée par les services secrets français contre les cellules djihadistes internationales.

Un récit bien documenté, Poignant qui nous plonge au cœur de l hyper violence djihadiste.

Violence infinie des hommes...

 

 

Posté par Epissure91 à 08:41:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


GREEN BOOK : SUR LES ROUTES DU SUD

 

4 GB

Réalisé par Peter Farrelly Avec Viggo Mortensen, Mahershala Ali, Linda Cardellini, Sebastian Maniscalco, Dimiter D. Marinov

Drame, Biopic : 2h10.

En 1962, alors que règne la ségrégation, Tony Lip, un videur italo-américain du Bronx est engagé pour conduire et protéger le Dr Don Shirley, un pianiste noir de renommée mondiale, lors d'une tournée de concerts. Durant leur périple de Manhattan jusqu'au Sud profond, ils s'appuient sur le Green Book pour dénicher les établissements accueillant les personnes de couleur, où l'on ne refusera pas de servir Shirley et où il ne sera ni humilié ni maltraité.

Dans un pays où le mouvement des droits civiques commence à se faire entendre, les deux hommes vont être confrontés au pire de l'âme humaine, dont ils se guérissent grâce à leur générosité et leur humour. Ensemble, ils vont devoir dépasser leurs préjugés, oublier ce qu'ils considéraient comme des différences insurmontables, pour découvrir leur humanité commune. 
Ode a l’amitié entre un pianiste et son chauffeur.

La démarche la parole la façon de manger, Viggo Mortersen est investi dans cette  grande gueule à l’accent italien prononcé.

Mahershala Ali, très élégant patron noir, mélancolique à la découverte de l'autre.

La comédie repose sur leurs 2 caractères opposés, ils vont beaucoup apprendre l'un de l'autre au cours de leur périple drôle et sensible, la musique est illustrative, le scenario bien mené manque de dynamisme et tous deux sortent grandis de leur aventure.

Posté par Epissure91 à 08:39:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

SAUVAGE PAR NATURE.

3 Sauvage par

SARAH MARQUIS

Poche: 260 pages Dimensions : 10,9 x 1,4 x 17,8 cm

1 000 jours et 1 000 nuits : Sarah Marquis a traversé à pied et seule tout le continent austral. Entre les attaques de cavaliers mongols et les trafiquants de drogue de la jungle laotienne, les animaux sauvages et les rigueurs climatiques, dépouillée de tout superflu, la jeune femme s'est adaptée aux conditions les plus extrêmes. Ainsi, elle a tenté de mieux comprendre ce qui nous lie à la Terre. 
Elle nous livre son récit, tantôt drôle, tantôt poignant, tantôt inquiétant, et sa philosophie de la vie, son cheminement intérieur. Elle nous entraîne dans l'aventure humaine la plus pure. Une odyssée extraordinaire

Pas ou peu de rencontre… une marche pour se  détourner des autres humains ?

Un récit facile à lire, marcher par moins 25 degrés ou plus 40 doit être plus difficile, Sarah est courageuse  et persévérante, la traversée de Mongolie et de la Chine tellement coriace.

La partie australienne est belle.

Réel ou imaginaire, l’ange gardien spontané qui la retrouve a chaque moment pénible du bush?

Posté par Epissure91 à 08:37:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

BEN IS BACK

2 Ben is back

Réalisé par Peter Hedges

 Drame : 1h42.

Avec Julia Roberts, Lucas Hedges, Courtney B. Vance, Kathryn Newton, Mia Fowler.

La veille de Noël, Ben, 19 ans, revient dans sa famille après plusieurs mois d'absence. Sa mère, Holly, l'accueille à bras ouverts tout en redoutant qu'il ne cède une fois de plus à ses addictions. Commence alors une nuit qui va mettre à rude épreuve l'amour inconditionnel de cette mère prête à tout pour protéger son fils.

Ce contexte social se déroule sur une journée complète,

Les acteurs font le job, Julia Roberts brille dans la peau d'une mère courage tourmentée, Lucas Hedges n’est pas très convaincant en toxicomane.

Vie familiale chahutée, témoignage social, surcharge sentimentale.

Film bien écrit mais inégal dans son déroulement, qui relate ce que vivent beaucoup de parents.

 

Posté par Epissure91 à 08:35:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

LES INVISIBLES

1 les invisibles

Réalisé par Louis-Julien Petit Avec Audrey Lamy, Corinne Masiero, Noémie Lvovsky, Déborah Lukumuena, Sarah Suco

Genre : Comédie1h42.

 Suite à une décision municipale, l'Envol, centre d'accueil pour femmes SDF, va fermer. Il ne reste plus que trois mois aux travailleuses sociales pour réinsérer coûte que coûte les femmes dont elles s'occupent : falsifications, pistons, mensonges... Désormais, tout est permis !

Le bon film du dimanche soir a la télé…

Une tranche de vie proche du documentaire, une chronique sociale ou les touches d’humours permettent d’atténuer les violences.

Déshumanisation de notre monde, joies et peines, des accompagnantes et des accompagnées, les vies s’entremêlent.

Regard plein d’espoir pour rendre hommage aux gentilles travailleuses sociales et aux femmes oubliées.

Bien écrit, bien joué, les femmes sont touchantes, ce sont les hommes patauds qui apportent la touche amusante au film.

Posté par Epissure91 à 08:33:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 26 janvier

J’AIME BEAUCOUP CE QUE VOUS FAITES

05 Janvier,  cafe de la Gare rue du Temple, dans le 4ᵉ arrondissement. 

 

j'aime beaucoup

de Carole GREEP

Comment une fausse manœuvre avec un téléphone portable vous fait découvrir ce que vos meilleurs amis pensent de vous en réalité... Et ceci, juste avant leur arrivée pour un week-end, finalement pas comme les autres, dans votre maison de campagne

Petit théâtre pour une pièce drôle et rythmée.

C’est la confrontation entre deux mondes qui s’opposent, qui donne la force de la comédie de cette pièce.

Sans gros rebondissement, la pièce est jouée avec naturel, la comédie  permet d'avoir le sourire aux lèvres durant une grande partie des actes.

Posté par Epissure91 à 07:24:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

EDMOND

Edmond

Réalisé par Alexis Michalik Avec Thomas Soliveres, Olivier Gourmet, Mathilde Seigner, Tom Leeb, Lucie Boujenah

comédie: 1h50.

Décembre 1897, Paris. Edmond Rostand n'a pas encore trente ans mais déjà deux enfants et beaucoup d'angoisses. Il n'a rien écrit depuis deux ans. En désespoir de cause, il propose au grand Constant Coquelin une pièce nouvelle, une comédie héroïque, en vers, pour les fêtes. Seul souci : elle n'est pas encore écrite. Faisant fi des caprices des actrices, des exigences de ses producteurs corses, de la jalousie de sa femme, des histoires de coeur de son meilleur ami et du manque d'enthousiasme de l'ensemble de son entourage, Edmond se met à écrire cette pièce à laquelle personne ne croit. Pour l'instant, il n'a que le titre : « Cyrano de Bergerac »

Les acteurs sont corrects, les costumes superbes,

L’histoire s'enchaîne bien, malgré quelques gentilles scènes ou de nombreuses tirades viennent s’ajouter, j'ai trouvé le temps long.

Il y a quelques moments drôles mais le film qui est une pièce de théâtre ne m’a pas fait vibrer.

Posté par Epissure91 à 07:19:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

SEMI DE CERNAY

Coup d’envoi du 5eme 1er marathon de France, courir juste après les bulles du jour de l’an à travers les villages de la Selle les Bordes, Bullions, et saint Robert permet de dégraisser les fêtes.     

892

 C’est ma 5eme inscription, mais mon 4eme parcours, en janvier 2018, pas bien remis des « symptômes grippal », j’ai ouvert la porte, il faisait nuit, pluie battante, vent fort, j’ai hésité… J’ai refermé la porte, j’ai remonté l’escalier et me suis assis dans le fauteuil...

Dimanche 6 Janvier, 

Plus de 1200inscrit sur les courses, record de départements français représentés (55) et de pays (Australie, Belgique, Brésil, Canada, Chili, Corée du Sud, Emirats Arabe Unis, France, Maroc, Pays Bas, Suisse)

Pour cette balade dominicale, pas d’avis de tempête, il ne pleut pas, pas chaud, pas froid, pas agréable, mais pas désagréable non plus.

Je prends un thé sucré, en écoutant le chanteur sur l’estrade qui chante du Johnny, ici beaucoup de personnes se connaissent, l’ambiance est courtoise et familiale.

 892 14

 Volonté et courage, il y a clément non voyant qui cours sans assistance humaine, gps dans l’oreille et canne blanche dans la main, il fait le parcours une première fois avec un coéquipier pour être le plus précis possible et ensuite, il devient champion du monde, il fait du trail aussi….

Il y a Claude du club handisport de Creil, qui court avec son fauteuil de basket.

 892 16

Au moment du départ, retentit la Chevauchée Des Walkyries prélude de Wagner qui donne l’impression aux coureurs de partir au combat, 9 joëlettes sont au départ.

Aventures fondées sur le partage, l’amour de l’autre sans retour, la solidarité, dans ce XXI siècle réaliste et pragmatique ou l’homme est réduit a n’être qu’un consommateur.    

du baume au cœur pour tous, à en voir les sourires des enfants la mission est accomplie.

Une bonne ambiance, pour un semi en pleine nature même si c’est sur du bitume, l’organisation est bonne.

892 22

Sitôt sorti de Cernay, on se retrouve sur le plateau, toujours balayé par les vents.

Le château de la Celle-les-Bordes, rue de l’église,

Mélanges de genres et d’âges, la course permet une convivialité entre générations, on part tous ensemble…

Une aventure à portée de pieds, 3 ravitaillements pour un parcours vallonné, exigeant, après le virage gauche, ça descend puis ça monte…   

La côte qui suit pique les yeux,

Trouver son rythme pour se sentir bien, le mouvement me convient, le corps s’efface pour laisser place à l’esprit.

Il faut se concentrer, il faut serrer les dents.

On traverse la forêt de Bullion, le paysage est bucolique et plutôt agréable malgré la triste météo, plus loin c’est la piste courable,

892 10

J’aime Bien, la piste courable!

Les seuls spectateurs sont les chevaux, les porcelets et les moutons. La route, ne cesse de monter et de descendre au gré des kilomètres.

Bosser par les temps qui courent, c’est une chance même si évidemment je ne saute pas de joie quand je me lève tous les matins.

Je bosse à temps plein, j’ai une maison à entretenir, des courses à faire, une vie sociale. Parfois, je resterais prés de la cheminée avec un bouquin et un thé chaud, comme tout le monde il m’arrive même d’être fatiguée, ou simplement pas d’humeur.

Faux plat montant, celui là fait mal aux jambes et au moral, les montées successives me brûlent les jambes, heureusement, aucun objectif principal, juste de prendre du plaisir et de faire de cette longue sortie, une petite détox des fêtes.

C’est la course qui crée le paysage.

892 18

Vent de face pour le dernier tiers de la course, quand on court en hiver on n’a pas de beau temps et on ne s’attend pas à avoir du beau temps.

Faut plat montant avant les toboggans, je me fais violence pour me bouger les fesses!

Ça tape dans le dur, je ne lève pas le nez, pensées positives car après ca va aller beaucoup beaucoup mieux.

Le dernier ravito n’est pas là… déçu! Jai mal calculé, chaque chose que l’on fait dans la vie à une conséquence et tout est relié.

Mon meilleur ami c’est moi et mon imagination.

 892 20

Dernière montée et 2 longues lignes droites sur le plat, l’arrivée au château d’eau parait interminable, Eole est toujours là.

Dans le dernier KM, GF est le 1er marathonien, il me dépasse, j’ai le temps de le féliciter.   

Ça sent bon la fin !

892 12

 Je souris en passant la ligne d’arrivée, l’objectif est d’atteindre le haut niveau de soi même, comme un vrai champion.

22éme sur 26 arrivants V3… 

Pluie de records, records de temps battus sur le marathon, Gaspard FONTBONNE déjà détenteur du record de l’épreuve s’est imposé pour la 5ème fois en améliorant sa marque de 1’54’ avec un temps de 2h36’23’’. Clémentine MAZAURY, 1ère féminine en 3h29’05’’ améliore l’ancienne marque de plus de 3 minutes.

Côté handisport Claude NOIRAULT explose son record de plus de 17 minutes en 4h24’05’’

Et cette année Clément GASS établit un nouveau record du monde pour un non voyant sans assistance en bouclant les 42,195 km en 4h04’45’’ soit plus de 20 minutes de mieux que son ancien record.

Le 1er Meeting de Joëlettes qui a permis à 9 enfants de participer à cette manifestation.

Record de participants…

CLV

Médaille du jour, Médaille toujours.

Retour a la maison pour dévorer la galette des Rois sans scrupule…

 

 

 

Posté par Epissure91 à 07:16:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

BIENVENUE À MARWEN

le 5 janvier 2019

Marwen

BIENVENUE À MARWEN

Réalisé par Robert Zemeckis, Avec Steve Carell, Leslie Mann, Eiza Gonzalez, Diane Kruger, Gwendoline Christie

Drame : 1h56.

L'histoire de Mark Hogancamp, victime d'une amnésie totale après avoir été sauvagement agressé, et qui, en guise de thérapie, se lance dans la construction de la réplique d'un village belge durant la Seconde Guerre mondiale, mettant en scène les figurines des habitants en les identifiant à ses proches, ses agresseurs ou lui-même.

 Dans un imaginaire débordant et un univers trépidant, la musique agréable, le film spectaculaire, les flash-back répétitifs.

Peau plastifiée, articulations mécaniques, réelle ou fabuleuses, les poupées sexy étonnes ou amuses.

Inspiré d'un personnage réel, les allers et retours entre réalité et virtuel permet au récit d’avancer vers un dénouement malin.

Posté par Epissure91 à 06:58:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

AU BOUT DES DOIGTS

au bout des doi

Réalisé par Ludovic Bernard Avec Jules Benchetrit, Lambert Wilson, Kristin Scott Thomas, Karidja Touré, Elsa Lepoivre, Vanessa David, Michel Jonasz

Drame, comédie: 1h46.

La musique est le secret de Mathieu Malinski, un sujet dont il n'ose pas parler dans sa banlieue où il traîne avec ses potes. Alors qu'un des petits cambriolages qu'il fait avec ces derniers le mène aux portes de la prison, Pierre Geitner, directeur du Conservatoire National Supérieur de Musique l'en sort en échange d'heures d'intérêt général. Mais Pierre a une toute autre idée en tête... Il a décelé en Mathieu un futur très grand pianiste qu'il inscrit au concours national de piano. Mathieu entre dans un nouveau monde dont il ignore les codes, suit les cours de l'intransigeante « Comtesse » et rencontre Anna dont il tombe amoureux. Pour réussir ce concours pour lequel tous jouent leur destin, Mathieu, Pierre et la Comtesse devront apprendre à dépasser leurs préjugés...

Une routine balisée, pas de vraie bande originale mais les morceaux de musique sont bien choisies et les dialogues sont peu nombreux.

Tous ont en commun d’être sauvés par la musique, Lambert Wilson, homme brisé, fragile, pour qui il n’y a rien de plus important que la musique vient en aide à un jeune en perdition, Kristin Scott, sa professeure caricaturale, à l’apparente rudesse qu’exige la musique classique, Thomas Benchetrit pas mauvais bougre habité par la musique, Karidja Touré dont il tombe amoureux et Vanessa David mère courage qui élève seule ses enfants dans la banlieue.

Croire à sa chance… la fin est attendu.

Posté par Epissure91 à 06:56:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

L'EMPEREUR DE PARIS

empereur de Pa

Réalisé par Jean-francois Richet

Avec Vincent Cassel, Freya Mavor, Denis Ménochet, August Diehl, Fabrice Luchini, Denis Lavant, James Thiérée, Patrick Chesnais Olga Kurylenko.

Historique, policier : 1h50.

Sous le règne de Napoléon, François Vidocq, le seul homme à s'être échappé des plus grands bagnes du pays, est une légende des bas-fonds parisiens. Laissé pour mort après sa dernière évasion spectaculaire, l'ex-bagnard essaye de se faire oublier sous les traits d'un simple commerçant. Son passé le rattrape pourtant, et, après avoir été accusé d'un meurtre qu'il n'a pas commis, il propose un marché au chef de la sûreté : il rejoint la police pour combattre la pègre, en échange de sa liberté. Malgré des résultats exceptionnels, il provoque l'hostilité de ses confrères policiers et la fureur de la pègre qui a mis sa tête à prix...

Les scènes d’action sont rythmées, la toile de fond fait illusion, le film s’ouvre sur l’arc de Triomphe en construction, l’ambiance, les bas-fonds, les costumes sont réalistes, un moulin et la Bièvre (rivière) qui traversait Paris ont été bien reconstitué.

Pas de scènes marquantes, Vincent Cassel (Vidocq) omniprésent débusquent ses anciens camarades malfrats pour acquérir sa grâce, Fabrice Lucchini(Fouchet) a la diction parfaite dans une succession de scènes verbales confuses, Patrick Chesnais (Henry) manque de souffle, les rôles féminins Olga Kurylenko (fausse baronne) et Freya Mavor (Annette) sont réduits à de la figuration, la musique est peut présente. 

L’histoire française est passionnante, ce film riche en scènes d'action, manque d'émotion d'humour et d'intrigue.

Posté par Epissure91 à 06:54:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]